Il me semble vraiment y avoir un problème chez Adam Smith concernant la souveraineté des états.

D’un côté, Smith évoque un idéal de libre-marché, de libre circulation des biens et des gens, donc l’abolition des frontières à ces égards. Son système se base sur une constatation de la nature de l’Homme de façon à l’utiliser pour en tirer le meilleur pour la collectivité et l’égalité des membres de la société. Cela fonctionne bien en vase clos, mais lorsqu’on l’étend à l’échelle internationale, il faut impérativement que tous les joueurs (les états) prennent part au jeu en suivant les mêmes règles. Donc pas de protectionnisme, pas de barrières tarifaires, de subventions nationales, de contrôle des flux migratoires. Tout cela est bien joli, mais comment faire pour que tous les états s’inscrivent dans ce jeu sans tricher pour se favoriser au détriment des autres?

C’est ici que tout devient difficile et que les théories de Smith me semble hautement discutables.

Premièrement, il faudrait forcer les états à respecter les règles. Il faut donc qu’une autorité les chapeaute et que cette autorité ait un pouvoir coercitif. Il faut qu’elle soit souveraine à l’échelle planétaire. Quelle serait la nature de ce souverain?

Deuxièmement, Smith ne prône pas l’abolition des états, mais bien le libre-échange et la libre-circulation. Pourtant, son système exige une érosion extrêmement importante des souverainetés nationales au profit d’une instance autoritaire globale.

Tant qu’on ne fait pas cela, le système de Smith ne fonctionnera pas. On peut blâmer qui on veut maintenant quant à l’existence du système actuel, où les citoyens des états-nations résistent généralement à l’érosion des souverainetés de leur pays, mais il n’en reste pas moins que ce dernier n’a pas été mis en place par des conspirateurs assoiffés de domination. L’histoire et son lent et puissant courant a fait émerger lentement cette organisation politique et l’a rendu standard dans nos collectivités. Est-ce vraiment avisé de délibérément chambouler cela? Et s’il s’agissait d’un système optimal?