Martine Ouellet

C’est au Lion d’Or que s’est entamée ce matin la campagne de Martine Ouellet pour la course à la chefferie du Parti Québécois. Je m’y suis rendu, curieux d’entendre ce qu’allait avoir à dire celle qui s’annonce pour être la seule candidate à mettre clairement l’indépendance au coeur de sa proposition politique.

La forme et le fond

Je m’y suis rendu, dis-je, ni sceptique, ni vendu d’avance. Je l’ai déjà écrit ici à plusieurs reprises, cette nouvelle course se dessine pour être une autre des nombreuses occasions ratées du Parti Québécois de se sortir du marécage vaseux dans lequel il se trouve par rapport à l’article 1 de son programme politique, l’idée fondatrice et structurante du parti, la réalisation de la souveraineté du Québec. Le défi n’est pas anodin, d’autant plus qu’il s’inscrit dans un contexte historique qui, sans être complètement et irrémédiablement noir, n’est certainement pas naturellement favorable à l’émergence d’un enthousiasme plus élevé qu’à l’habitude pour le projet de pays.

Voyons les choses froidement. Le leader PKP, sur lequel beaucoup comptaient, a démissionné. Le leader potentiel Jean-Martin Aussant, sur lequel beaucoup misaient, a aussi, à sa façon démissionné en ratant le train de la plus désespérante des façons. Le clivage gauche/droite reprend de plus en plus de place dans le débat public et crée un fossé de plus en plus large entre les différentes branches nationalistes qui se divisent. Un bref mot sur cela : il ne faut pas s’en surprendre. Si on ne trouve aucune façon de faire adhérer le projet d’indépendance au réel et que, par conséquent, on lui permet de s’estomper, de se folkloriser et de disparaître de l’esprit des gens, l’autre débat, celui entre la gauche et la droite, prendra la place et l’indépendance ne se fera pas davantage, ni demain, ni dans 6 ans. Résultat? Sans projet structurant, les souverainistes se diviseront naturellement. La droite ira à la CAQ, la gauche à QS et les « radicaux » à Option Nationale, ou alors dans leur bain, en position foetale, avec une bouteille de vin aux trois quarts vide sur la toilette. Ils pleureront, à moitié enivrés, de voir le stérile déchirage de chemises entre les progressistes et les conservateurs s’imposer quotidiennement – un autre beau marécage si vous voulez mon avis, plus nauséabond encore que celui de l’irrésolution de la question nationale, étant donné la non-souveraineté du peuple qui s’y enfoncera.

Laissez-moi vous dire que je ne considère aucun de ces trois scénarios avec quelque enthousiasme que ce soit.

Eh bien Martine Ouellet a su, ce matin, dire les choses qu’il fallait dire pour que mon pessimisme des derniers jours s’allège. Son plan n’est pas encore clairement établi : la campagne est jeune. Il comporte certaines failles potentielles, mais ces dernières m’apparaissent comme un moindre mal considérant la fadeur et l’esprit pathétiquement démissionnaire que les trois autres candidats nous donnent à voir, aussi intelligents (Lisée), gentils (Hivon) et populaires (Cloutier) soient-ils.

Soyons clairs. Ouellet n’a pas le verbe de Lisée, ni la douceur de Hivon, ni le narcissisme séduisant de Cloutier. Elle n’émerge pas comme une libératrice de peuple davantage que les trois autres candidats. Elle n’est ni Parizeau, ni Bouchard, ni Lévesque.

Je sais, je sais, je me ferai taper sur les doigts en tenant pareil propos. Il faut cesser de nous imaginer, comme le mentionnait Dumont ce matin à l’émission de Paul Arcand, que le chef ne compte pas, qu’il n’y a que les idées qui soient importantes. Nous ne sommes pas en train de faire une communication orale en quatrième secondaire. Il y a le fond. Le fond est essentiel. Il y a aussi la forme, et ces deux composantes d’un parti politique n’existent pas dans des cellules hermétiques. L’un a un impact sur l’autre, et vice versa. Imaginez les idées de Jacques Parizeau un instant. Imaginez ses discours, sa gouvernance. Enlevez l’individu maintenant, et remplacez-le par, je ne sais pas… Philippe Schnobb par exemple, président de la Société de Transports de Montréal. Le message et les idées auraient-elles retenti dans l’espace public avec autant de force? Je n’ai pas la réponse, mais je soupçonne que non, et je le dis sans animosité ni condescendance particulière à l’égard de M. Schnobb. L’exercice inverse révèle la même chose. Prenez M. Parizeau, et faites-lui dire ce que Mélanie Joly a répondu à un journaliste français qui l’interviewait récemment sur son titre. Le voilà qui perd beaucoup de son ampleur.

D’un autre côté, je crois essentiel de modérer moi-même quelque peu mes propos. Il n’existe à peu près pas de femmes ayant marqué positivement l’imaginaire collectif occidental en tant que chef d’état. Je n’entretiens à l’égard de ce constat pas de rancune particulière envers nos ancêtres. Je crois toutefois important de le mentionner. Lorsque je me demande moi-même de décrire un individu ayant la trempe nécessaire pour être celui qui donnera naissance au pays du Québec, je n’ai que des exemples masculins en tête. Pourquoi Martine Ouellet moins que Pauline Marois, par exemple? Mis à part l’âge et l’ancienneté en tant que parlementaire, Martine Ouellet n’a pas à pâlir d’insuffisance devant Mme. Marois en terme de force de caractère et de personnalité. Maintenant, le Québec est-il capable de voir en une femme une libératrice de peuple? Saurait-il reconnaître l’incarnation féminine d’un René Lévesque? À cela, mon absence de réponse me trouble moi-même.

Ceci étant dit, aucun leader naturel n’émerge de cette course. Je me vois donc mal discréditer Martine Ouellet en prétextant qu’elle n’a pas la tête de l’emploi.

Que dit-elle maintenant? Ce matin, Mme. Ouellet n’avait de voix que pour l’indépendance. J’allais assister à son lancement en espérant qu’elle ne tombe pas dans le piège du référendisme cowboy, élégamment comparé par Bernard Landry à la charge de la brigade légère lorsqu’il s’opposait à l’idée de Jacques Parizeau de respecter sa promesse de consulter le peuple québécois sur l’indépendance dans la première année suivant l’élection de 1994. Elle a réussi à esquiver assez habilement les questions insistantes des journalistes qui tentaient, à l’instar du Parti Libéral du Québec, de lui faire promettre formellement un référendum en 2018.

Donc vous allez proposer la tenue d’un référendum lors des élections en 2018, lui demande-t-on.

Quand on prend le pouvoir, on utilise l’appareil gouvernemental pour réaliser notre projet. C’est ce qu’on doit proposer aux Québécois, répond-t-elle.

Bonne réponse, Mme. Ouellet. Excellente réponse, même.

Elle nous annonce aussi la présentation, cet été, d’un projet de constitution provisoire sur lequel travaille actuellement André Binette, constitutionnalise qui, en plus d’avoir été au secrétariat de la Commission Bélanger-Campeau, était membre de l’équipe de hauts fonctionnaires ayant oeuvré à la préparation de la réalisation technique de la souveraineté en 1995. J’entends déjà rire les incrédules qui trouveront l’initiative au mieux naïve.

Candide ou pas, la préparation d’un tel document ne nous fera pas perdre nos élections davantage qu’on ne les perd déjà. Il aura l’avantage de faire survivre le projet souverainiste au sein du parti qui est sensé le porter. Voilà d’ailleurs ce qui, je crois, constitue l’essence du positif que je perçois dans la présence de Martine Ouellet dans la course à la chefferie du Parti Québécois. Dans un contexte peu propice à la réalisation du projet, nous avons donc le choix entre…

  1. Ranger « temporairement » l’idée qui structure notre parti politique et qui, conséquemment, l’empêche de s’étioler davantage et continuer de perdre, mais en fragmentant l’appui du public nationaliste entre nous et la CAQ…

ou bien…

  1. Faire survivre l’idée de l’indépendance, la préparer et la renforcer au sein du parti qui a pour mission de la porter politiquement et de la faire correspondre à la réalité des québécois, et risquer aussi de perdre, peut-être, mais en étant prêts à agir lorsque les québécois seront convaincus et que, qui sait, le contexte nous sourira davantage…

Face à ce choix, je préfère la seconde option, et de loin. Arrivons sur terre. Nous ne gagnerons pas en devenant le parti de l’indépendance qui affirme qu’il ne la fera pas. Nous ne ferons que diluer la nature profonde de notre mouvement politique et laisserons se disperser aux quatre vents ceux qui adhèrent encore au projet que nous portons. Il est vrai que nous risquons aussi de perdre si nous proposons la souveraineté alors que les gens n’en veulent pas et ont d’autres priorités, mais nous sommes le parti de l’indépendance, et cela ne changera pas dans l’esprit des gens. Devant cela, je crois nécessaire de mettre toutes nos énergies à préparer et peaufiner les détails du projet qui nous tient ensemble. J’irais même jusqu’à dire que cette fameuse convergence dont nous parlons sans arrêt se fera autour de nous naturellement quand nous serons prêts et que les Québécois le seront aussi… J’ose cet optimisme en croyant qu’il ne nous fera pas mourir collectivement davantage que l’approche du bon gouvernement qui, elle, nous fait perdre dans la lassitude depuis 2003.

La question identitaire

Le dossier à suivre, dans le cas de Martine Ouellet, sera celui de sa position quant à l’aspect identitaire du projet de pays dont elle est devenue aujourd’hui la plus résolue des porte-paroles. Je l’ai dit et je le répète : on ne peut pas faire l’économie de cet aspect de la question nationale québécoise sans rendre le projet hémiplégique. On doit absolument adopter une attitude complètement décomplexée quant à la question identitaire et non pas en avoir peur. Il faut, pour cela, être prêt à faire face aux critiques bien pensantes qui seront très vocales dans la dénonciation de notre discours. Il faut, pour traverser ces pénibles turbulences, avoir l’assurance que tôt ou tard, si nous sommes assez sérieux et patients dans l’entreprise de préservation et de préparation de notre projet politique, ceux qui nous pourfendaient hier en s’adonnant à la reductio ad hitlerum, s’ils comprennent bien la nature transcendante de la souveraineté d’un peuple, se joindront à nous lorsque nous serons en position de le réaliser.

J’attends donc avec curiosité de voir quelle est la sensibilité de Mme. Ouellet quant aux questions identitaires, quelle est sa position actuelle devrais-je dire, car elle s’était distancée de la Charte des Valeurs à l’époque de la dernière course à la chefferie. J’aimerais toutefois savoir si elle acceptera d’embrasser l’essence même du projet de création d’un état-nation en Amérique du Nord.

En attendant, force m’est d’admettre que Martine Ouellet est bien partie.

Bravo.